Le pays d’Olt – Visite de Conques

[tp-single-map]
Cet article fait partie d'une série de publications appelée Pays d'Olt
Vois plus d'articles
3 min - temps de lecture moyen
Print Friendly, PDF & Email
22 juillet au 1er août 2016
Cathy & Jean-Louis
Un kiwi luxuriant, non loin d’un bananier, est le signe d’un micro-climat particulièrement doux et d’une exposition sud bien ensoleillée, dans cette montée vers la cathédrale de Conques.

Un second aperçu sur la vision médiévale de l’enfer, avant de partir pour Marcillac-Vallon. Ci-dessous, dipsacus sativus, le chardon à bonnetier ou chardon à carder.

Un bourdon “Bombus terrestris” butinant le chardon à carder.

Citron de Provence, Cléopatre (Gonepteryx cleopatra)
Très jolie galle de l’églantier, à peine rosissante, provoquée par le développement d’un Cynips, Diplolepis rosae, insecte de l’ordre des hyménoptères. Il n’existe, essentiellement, que des femelles qui se reproduisent sans fécondation par parthénogenèse (reproduction à partir d’un ovule non fécondé ; s’observe également chez les pucerons notamment).  Les mâles sont très rares. La galle de l’églantier se forme sur les tiges, pétioles ou feuilles et renferme de nombreuses cavités larvaires abritant chacune une larve. Elle est connue sous le nom d’origine persane de bédégar (emporté par le vent) ou de barbe de St Pierre.

Jeu de quilles aveyronnais : 8 quilles debout de 60 cm, un “quillou” de 60 cm maximum, une boule en bois dur de 4 à 6 kg

A la fin du XIXème siècle on dénombre pas moins de 160 jeux de quilles différents à peu près également répartis sur le territoire français. En Rouergue, c’était le jeu à 9 quilles qui était le plus pratiqué. Il s’agissait de réaliser des figures imposées par le meneur de jeu (« jouer à mettre ») ou bien d’atteindre des scores sans les dépasser (jouer à la « vingt et une » ou à la « trente et une »).

Dans la région d’Espalion, une des figures consistait à « prendre quille ». Elle prit peu à peu le pas sur les autres. Dès lors, il n’y avait plus que huit quilles debout et on s’acheminait vers le jeu actuel. Celui-ci fut codifié en 1912 par un groupe d’Aveyronnais de Paris autour de Joseph Ayrignac, président fondateur de la Solidarité Aveyronnaise.

Une partie se déroule en neuf coups : 3 à petites distances, 3 à distances intermédiaires et 3 à longues distances. Ces distances varient selon l’âge et le sexe des joueur(se)s.
Mis à part à la plus petite distance où l’on ne joue qu’avec la boule, le coup comporte deux gestes distincts :

  • Le frapper de la quille joueuse avec la boule qui se fait dans le jeu plein (8 quilles),
  • Le lancer de la boule dans les quilles restantes.
Balade sur le sentier des Buissières (La Vinzelle, hameau de la vallée du Lot, non loin de Conques)
Araignée labyrinthe tapie dans l’ombre au fond du cône au centre de sa toile immense. Ses moeurs sont admirablement décrites dans les récits entomologiques de Jean-Henri Fabre.
Très belle insertion de cette maison dans le paysage, jusqu’au toit végétalisé du garage planté de bruyère et de genêt.
Pierre ferrugineuse (schiste)
Très jolie balade au sentier bordé de buis couverts de mousses
Vue sur La Vinzelle – Ci-dessous : lichens

Bousier – Ci-contre : mouche dorée (Lucilia caesar) ou mouche verte (Lucilia sericata) ?

Pour épargner les terres arables, le village de La Vinzelle s’étire à même la roche. Ainsi, le clocher est décalé par rapport à l’église. Les maisons, plantées dans la pente, ont deux entrées, à la cave et au grenier !

Encore un beau toit de lauzes – Ci-contre : “Lo trabalh”, pour le ferrage des vaches par le maréchal-ferrand

Qu’est-ce que c’est que cette foule joyeuse qui s’apprête à se jeter dans les eaux très fraîches du Lot ? 139 Hollandais en vacances dans un camping des environs !
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Que pensez-vous de ce récit ? Donnez votre avisx